En novembre, découvrez Aux Frontières de la Science n°5 !

En avant-première, voici le programme de votre prochain numéro d’Aux Frontières de la Science :

afds5.jpg

- Une enquête incroyable sur les scénario-catastrophe imaginés par la Science : impact d’astéroïde, invasion extraterrestre, bouleversement climatique, réveil d’un supervolcan… toutes les hypothèses les plus cauchemardesques passées au crible !

- Un article sur le lien entre foi et génétique : depuis plusieurs années, de nombreux généticiens et plusieurs spécialistes du cerveau tentent de mettre en relief une interaction silencieuse entre le patrimoine génétique, l’activité cérébrale et les croyances religieuses des individus. Certains scientifiques parlent même d’un « gène de Dieu »…

-  Les fabuleux enjeux scientifiques et stratégiques engendrés par la « conquête de Mars »

- Un dossier très pertinent sur les nouvelles énergies du futur, l’occasion de voir que des projets verts et très efficace sont sur le point d’émerger.

- Sans oublier vos news scientifiques, qui passent en revue toute l’actualité scientifique !

Pour commander les anciens numéros, rendez-vous sur ce site.

Aux Frontières de la science n°4 est en kiosque !

Dans votre nouveau numéro d’Aux Frontières de la Science, un dossier spécial sur l’immortalité, qui revient sur les dernières révélations du généticien Miloslav Radman. Découvrez également les fabuleuses perspectives de la mécanique quantique, quiva bientôt révolutionner notre conception de l’univers.

Sans oublier les news scientifiques, un incroyable article sur la terraformation, une enquête mémorable sur les transports du futur, et une réflexion de fond sur les origines du langage.

Bonne lecture à tous !

couv4.jpg


Téléchargez la newsletter !

Aux Frontières de la Science 3

Les Origines de l’Homme : Aux Frontières de la Science Hors-série n°1

Aux Frontières de la Science Hors-série n°1 dans les kiosques en Mai 2011 !

Aux Frontières de la Science Hors-série n°1

Au sommaire de ce premier numéro hors-série du magazine consacré aux Origines de l’Homme :
Les Origines contestées de l’humanité : les preuves d’une censure déguisée.
La Création de l’Homme : Zecharia Sitchin offre un nouveau point de vue sur les théories conventionnelles des origines de l’humanité.
Les mystères des temps préhistoriques.
Homo florisiensis : la Petite Dame de Florès redonne un nouveau « sens » à l’évolution.

Aux Frontières de la Science n°3 !

Aux Frontières de la Science n°3 disponible dans les kiosques en Mai 2011 !

Aux Frontières de la Science n°3

Au sommaire de ce numéro :

Les origines de l’Univers selon Stephen Hawking : la remise en cause d’un « grand architecte ».

Les soldats du futur : les hommes-machines.

Peut-on faire revivre les dinosaures ? la science dépasserait-elle la fiction ?

L’humanité de demain : vers quelle évolution se dirige l’humanité ?

L’antimatière : l’univers court-il un risque ?

Et aussi plein de news sur les derniers rebonds de l’actualité scientifique, des pistes de lectures et de nouvelles questions sur les frontières de la science. A ne pas manquer !

 

http://mondesetranges.unblog.fr/

Les mystères du cerveau

Un article écrit par Emilie Le Phoulër.

De tout ce qui compose la nature, l’univers et le corps humain, le cerveau reste l’organe le plus mystérieux aujourd’hui, malgré les innombrables progrès techniques d’exploration et d’imagerie. Il est l’élément principal du système nerveux et commande toutes les fonctions vitales d’un être humain. Cette incroyable machine possède autant de neurones qu’il y a d’étoiles dans la Voie Lactée. Les neurosciences tentent de révéler les mystères du cerveau humain, et leurs progrès sont surprenants, parfois à la limite de la science-fiction.
Nous ne connaissons pas toutes les ressources et les incroyables possiblités que le cerveau recèle, ce qui laisse de nombreux spécialistes dans l’expectative. Comment, par exemple, les informations sont-elles « codées » et circulent-elles ? Que sont les émotions et l’intelligence ? Qu’est-ce que la conscience ? Comment le cerveau peut-il régénérer et fabriquer certaines cellules, tels que les neurones ? Autant de questions que la recherche actuelle tente d’éclairer du flambeau des hypothèses et des expériences.
(…)

Le cerveau est-il le même chez l’homme et la femme ?

L’hémisphère gauche ne fonctionne pas de la même manière que l’hémisphère droit : il existe un fonctionnement asymétrique qui a été mis en évidence par Roger Sperry, prix Nobel de médecine en 1981. Des études ont montré des différences subtiles entre le cerveau des femmes et celui des hommes, mais des contradictions récentes semblent remettre en cause cette idée. Les femmes font appel d’avantage à leur cerveau gauche tandis que, chez les hommes, le cerveau droit serait plus sollicité. Les hormones sexuelles  imprègnent le fœtus et créent des circuits neuroniques différents selon que le bébé est une fille ou un garçon. Les femmes ne seraient donc pas plus émotives que les hommes mais exprimeraient d’avantage leurs émotions. Ces différences seraient liées à l’évolution et l’adaptation à l’environnement : l’homme chasse et fait la guerre, donc il réagit plus qu’il ne communique, tandis que la femme vit en groupe et élève les enfants, favorisant ainsi le partage et l’échange.
Catherine Vidal , neurobiologiste, s’est penchée sur la question et dénonce l’interprétation des constats scientifiques: homme ou femme, le cerveau ne fait pas de différence. La plus grande épaisseur du corps calleux  chez la femme, longtemps admise, est aujourd’hui contredite par des travaux récents. En 2004, les résultats de 24 études portant sur 700 sujets ont également été démentis : il n’y aurait pas de différence statistique notoire entre hommes et femmes dans le traitement des éléments du langage par une hypothétique spécialisation hémisphérique. Quelque soit le sexe, les deux hémisphères sont en communication permanente.

 

(Pour lire la suite, rendez-vous dans les pages du numéro 2 de Aux Frontières de la Science)

 

Les troublants anachronismes de l’archéologie.

un article de François-Pierre SCHNEIDER.

Les anachronismes – ou discordances – de l’archéologie font généralement l’objet de publications dans des magazines consacrés aux sciences « parallèles », ou encore sur des sites Web spécialisés dans l’actualité mystérieuse. Pourtant en cherchant bien, on peut rencontrer aussi ces anachronismes dans les musées – malgré le contrôle exercé par l’establishment scientifique.   Ainsi au musée d’Oaxaca, au Mexique, on peut voir dans des vitrines de verre de nombreux bijoux et ornements qui proviennent d’une tombe du Monte Albán, la « montagne sacrée » des Zapotèques. D’importantes excavations avaient alors eu lieu en 1932 sous la responsabilité de l’archéologue mexicain Alfonso Caso.   Des ornements de jade, notamment le « ts’song », symbole chinois de la Terre, prouvent que des échanges commerciaux ont réellement eu lieu, voici près de deux millénaires, entre la Chine de la dynastie des Tchéou et l’Amérique centrale.
Et pourtant le « dogme » établi des historiens et archéologues persiste à affirmer que l’Amérique a été découverte en 1492 par un certain Christophe Colomb, et qu’auparavant ceux qu’on appelle maintenant les « Indiens d’Amérique » vivaient en autarcie complète sur leur continent, sans liens ni affinités avec le reste du monde ! Un autre exemple est celui de la « carte de Piri Reis », découverte en 1929 lors de la restauration du Palais de Topkapi, à Istanbul. Nous en reparlerons un peu plus loin.   D’autres objets « hors du temps » sont les piles de Bagdad, l’astrolabe d’Anticythère ou encore les artéfacts égyptiens sur lesquels nous reviendrons également.
(…)
Des ampoules électriques  à l’époque des pharaons ?

Si les anciens Egyptiens et Sumériens connaissaient l’électricité, pourquoi n’auraient-ils pas fabriqué des ampoules électriques ?   En tout cas, le rapprochement est parfois fait avec un bas-relief du temple de Dendérah en Haute-Egypte. Ce serait, ni plus ni moins, une figuration d’ampoule électrique ou de tube à décharge !   Tout comme la pile l’a été par Volta, l’éclairage électrique n’aurait donc été que « réinventé » au XIXème siècle, après une longue période d’obscurité forcée… pour cause d’oubli d’une technologie ancienne ? Bien sûr, l’archéologie officielle verra dans cette figuration un « serpent » émergeant à la vie dans une fleur de lotus encore fermée… Et ce qu’on prend pour un « filament électrique » serait justement ce « serpent », représentation de Harsomtous (nom grec du dieu égyptien Hor-Sema-Tauy, « Horus unificateur des Deux Terres »).

En tout état de cause, les proportions sont gigantesques : les « ampoules » feraient dans les 2 m de long sur 60 cm de diamètre ! On se souviendra aussi dans ce contexte qu’un mystère inhérent à la civilisation égyptienne reste la décoration de nombreuses salles souterraines, loin de l’entrée des caveaux… L’explication traditionnelle veut que les Egyptiens utilisaient des miroirs, mais rien n’interdit de penser à une certaine forme d’éclairage électrique…

(Pour lire la suite, rendez-vous dans les pages du numéro 2 de Aux Frontières de la Science)

Nanotechnologies : ce que l’on ne vous dit pas.

Un article de Florent Richart.

Porteuses d’avenir dans de nombreux secteurs, les nanotechnologies vont bouleverser dans un futur proche notre conception du monde, en facilitant nos modes de communication, en accroissant notre longévité ou encore en développant de nouveaux matériaux révolutionnaires. Mais la science de l’infiniment petit est une discipline jeune, largement méconnue du grand public, et dont les répercussions n’ont guère été envisagées jusqu’à présent. Elle pose pourtant des questions éthiques, environnementales et sanitaires encore inédites. Retour sur les inquiétudes et les craintes qui gravitent autour des nanotechnologies, et sur les dangers potentiels qu’elles pourraient nous faire courir à plus ou moins long terme.

Une révolution technologique annoncée

Les nanotechnologies – ou nanosciences – en proposant de construire ou de manipuler des structures moléculaires à l’échelle nanométrique, cristallisent de nombreux espoirs ; elles sont considérées par une partie de la communauté scientifique comme la base technologique fondamentale de la société de demain. Car dans un futur proche, les nanotechnologies seront partout ; des domaines aussi variés que la biologie, la chimie, la robotique, l’optique ou encore la mécanique et la microtechnologie sont directement concernés. La discipline est encore jeune – elle n’a émergée qu’au milieu des années 90 – mais devant les possibilités extraordinaires des nanosciences, les budgets en recherche et développement se sont accrus de manière exponentielle. Les crédits alloués aux nanotechnologies sont très révélateurs de leur importance stratégique ; dans le peloton de tête des investisseurs, le Japon, l’Europe (qui a accordé 1,3 milliards d’euros au développement des nanosciences pendant la période 2002-2006), la Chine, la Corée du Sud, le Canada, et bien sûr les Etats-Unis, qui y consacrent chaque année plusieurs milliards de dollars.

(Pour lire la suite, rendez-vous dans les pages du numéro 2 de Aux Frontières de la Science)

Le numéro 2 en kiosque !

frontieres22.jpg

12


Cours de Microbiologie |
au collège le mardi .......... |
troisiememiracle |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Amour ruiné
| physiquechimieexoscorrigés
| SPC "...